Conventions de départs

January 6th, 2009 | No Comments | Posted in Fixed Income

Les produits financiers sont soumis à des conventions calendaires. En ce qui concerne les produits de taux, il convient notamment de prêter attention aux dates de départ. Si l’on prend l’exemple d’un emprunt de cash JPY traité au jour J, le premier flux n’interviendra qu’à J+2, c’est-à-dire qu’un délai de deux jours s’impose entre le moment ou le deal est conclu et le moment où le premier versement intervient.

Ces conventions calendaires sont propres à chaque devise. Pour la plupart des devises, la convention de départ est par défaut à J+2. Toutefois, il reste tout-à-fait possible de traiter des deals commençant avant J+2: un contrat peut commencer le jour même ou bien le lendemain. De même, un contrat peut débuter après J+2: J+3, J+4, etc. Il s’agit alors de contrats “forward”.

Le tableau suivant résume les noms associés aux différents départs possibles:

Départ     Nom                 Description
=====================================================================
J          Départ TODAY
J+1        Départ TOM
J+2        Départ SPOT         (Départ standard)
J+X (X>2)  Départ FORWARD
J+3        Départ CORP         (Utilisé notamment par les corporates)

Certains contrats ne durent qu’une nuit: c’est notamment le cas des prêts/emprunts et des fx swaps destinés à gérer la trésorerie à très court terme. Il est fréquent par exemple que les trésoriers soldent leurs positions dans les devises non-principales et géographiquement proches à l’aide de contrats débutant le jour même et se terminant le lendemain: par exemple, si le trésorier d’une banque coréenne est long de 1,000,000,000 JPY au jour J, il peut traiter sur le marché monétaire un prêt de 1,000,000,000 JPY du jour J au jour J+1 afin d’être soldé pour la nuit de J à J+1. Au jour J+1, il récupérera le milliard de JPY et pourra renouveler l’opération pour une nuit de plus. Ce genre de contrats est nommé OVERNIGHT: départ J et arrivée J+1 et se traite au taux interbancaire au jour-le-jour.

Si le trésorier de la banque veut prendre de l’avance sur son solde, il peut commencer à se solder un jour en avance à l’aide de contrats baptisés TOM NEXT: départ J+1 et arrivée J+2, soit départ “tomorrow” et arrivée “next day”, d’où le nom TOM NEXT. Ce faisant, s’il anticipe que sa position de cash sera à nouveau de +1 milliard de JPY le lendemain, il peut dès à présent se solder via un prêt de 1 milliard de JPY TOM NEXT. De même, il existe des contrats SPOT NEXT commençant en date SPOT (généralement J+2) et se terminant le jour suivant, ainsi que des contrats CORP NEXT commençant en date CORP et se terminant le jour suivant.

Départ     Arrivée     Nom
=====================================================================
J          J+1         OVERNIGHT
J+1        J+2         TOM NEXT
J+2        J+3         SPOT NEXT
J+3        J+4         CORP NEXT

Le calcul des jours obéit bien évidemment à des conventions calendaires de jours ouvrés qui, là encore, peuvent différer suivant les devises. Par exemple, le trésorier JPY d’une banque traitant un contrat TOM NEXT un mardi sachant que le mercredi est fermé traitera un contrat non pas du mercredi au jeudi mais du jeudi au vendredi: les jours (J, J+1, J+2 etc.) sont donc bien des jours ouvrés.

Lorsque la date de départ n’est pas explicitement précisée lors du trade, il s’agira par défaut de la date SPOT (généralement J+2). Par exemple, un prêt 1W JPY (prêt de JPY pour 1 WEEK, soit une semaine) désignera par défaut un prêt commençant en date SPOT et se terminant en date SPOT + 7 jours ouvrés. Il est possible de faire commencer ce prêt en date TOM (soit J+1): on parlera dans ce cas d’un contrat “1 WEEK OVER TOM”, soit d’un contrat s’étalant de la date TOM à la date TOM + 7 jours ouvrés.

Leave a Reply 4067 views, 1 so far today |

Random posts

Leave a Reply